Reportage de France 3 Grand Est à Norske Skog Golbey : pourquoi le prix du papier s’envole ?

Nous recevions, le 11 janvier dernier, des journalistes de France 3 Grand Est pour échanger sur les raisons qui ont conduit nos clients, les éditeurs de presse, à augmenter les tarifs de leurs quotidiens. L’occasion, pour notre papeterie, d’expliquer les enjeux auxquels nous sommes confrontés ces derniers temps.

La demande, supérieure à l’offre, fait flamber les prix de nos matières premières

Tout comme les artisans, les PME ou les multinationales, notre entreprise est durement touchée par l’augmentation des coûts des matières premières :

Le papier récupéré :

Il entre pour 2/3 dans la composition de notre papier journal. Il est issu de votre geste de tri, lorsque vous déposez vos vieux papiers dans les bornes d’apports volontaires. A la suite des divers confinements à travers l’Europe en 2020-2021, les papetiers européens se sont retrouvés en pénurie de papier à recycler. En effet, les européens ne recevaient plus de prospectus dans leurs boîtes aux lettres et la consommation de papier journal avait alors chuté de 20%. Résultat : moins de papiers à recycler dans les centres de tri, donc moins de matière première pour les papeteries. La loi de l’offre et de la demande a fait son œuvre : ce qui est rare (en l’occurrence le papier à recycler) est devenu cher. Les pays limitrophes à la France, encore plus durement touchés par cette pénurie de papier que la France, sont venus acheter sur le territoire français les papiers triés par les collectivités. Ce qui, mécaniquement, a fait augmenter le prix du papier à recycler.

Le bois :

Il entre pour 1/3 dans la composition de notre papier journal. Le Bois a connu, dans une moindre mesure, la même histoire que le papier récupéré : pénurie en raison des confinements, de la crise des scolytes (insectes qui assèchent et font mourir les arbres) et de conditions météorologiques défavorables. La rareté a provoqué un déséquilibre entre l’offre et la demande et a conduit à une augmentation du prix du Bois.

Les autres matières premières :

Outre ces deux matières premières, la papeterie utilise une multitude d’autres produits pour blanchir son papier, traiter l’eau utilisée au cours de son process de production ou pour changer des pièces d’usure sur les machines. Nos fournisseurs, eux-mêmes touchés par la flambée de leurs propres matières premières, ont répercuté leurs coûts de production sur leurs prix de vente. Si bien que la majorité de nos intrants nécessaires à la production de papier ont connu une hausse inédite.

La hausse du prix de l’énergie a aussi des répercussions sur Norske Skog Golbey

Norske Skog Golbey figure parmi le Top 10 des entreprises électro-intensives de France. Elle consomme 1 térawatt-heure d’électricité pour transformer le bois et les vieux papiers en pâte, puis en papier. Pour vous donner une idée, une hausse du prix de l’électricité d’1€ du mégawattheure provoque à Norske Skog Golbey une augmentation d’1 million d’euros de nos coûts de production, rien que pour l’énergie !

Les prix de l’électricité suivent la même courbe que celle du prix du gaz. En effet, en Europe, le prix du mégawatt-heure est établi en tenant compte du coût de production de l’électricité par la dernière centrale thermique. Selon notre Responsable Énergie, la flambée des prix de l’énergie est due, elle aussi, à une distorsion entre l’offre et la demande.

Les besoins en énergie sont en effet très élevés depuis la reprise économique et la fin des confinements alors que la capacité de production d’énergie est enrayée.

L’offre de gaz est, depuis plus d’un an, limitée en Europe en raison de :

  • la reprise économique : les moyens de production de gaz naturel liquéfié ont été “accaparés” par l’Asie : les usines ont repris leur production à 200%.
  • le niveau de stock de gaz plus faible que les autres années, qui laissait penser qu’il n’y aurait pas assez de gaz pour passer l’hiver.
  • l’incendie du gazoduc Yamal-Europe, et de multiples maintenances planifiées ou non.
  • le retard dans la mise en service du gazoduc Nord Stream II.
  • le contexte géopolitique tendu entre l’Europe et la Russie qui réduit ses acheminements par gazoduc.

L’offre en énergie verte n’est pas suffisante pour compenser

L’éolien et le solaire sont soumis aux conditions climatiques, qui, sur la fin d’année, n’ont pas été favorables (peu de vent et beaucoup de pluie).

La réduction de la capacité nucléaire de la France

EDF a, en effet, annoncé en fin d’année 2021, l’arrêt additionnel des 2 plus grosses centrales nucléaires en plein hiver, ce qui a conduit à l’absence, pour cet hiver, de 17 réacteurs nucléaires (sur 58).

D’après les experts, la crise énergétique risque de s’accentuer, au moins jusqu’à la fin de l’hiver, car notre parc nucléaire sera affaibli au moment où les conditions météorologiques seront défavorables. De fait, les météorologues prévoient un hiver rigoureux qui conduira les foyers français à consommer davantage d’énergie pour se chauffer.

Norske Skog Golbey agit pour limiter les impacts de cette hausse auprès de ses clients

La gestion de l’énergie, et notamment de l’électricité figure parmi nos priorités. Chaque année, nous remettons notre Plan de Performance Énergétique à la DREAL et lui présentons les actions que nous mettons en place pour réduire notre consommation d’énergie. Grâce à notre projet de transformation d’une partie de notre site pour produire du papier carton, nous devrions, à terme, réduire de 32% notre consommation électrique.

Nous suivons et optimisons notre consommation d’énergie quotidiennement ce qui nous permet, sur demande de RTE (Réseau de Transport de l’Energie), d’arrêter tout ou partie de notre usine pour aider le réseau à approvisionner les foyers français en énergie, lors des pics de consommation.

Enfin côté prix, depuis de nombreuses années, nous sécurisons, en partie, nos approvisionnements via des contrats à long terme. Malheureusement l’augmentation que subit l’Europe est telle que même ces contrats long terme sont sortis de leur cadre et ont subi une augmentation vertigineuse. Norske Skog Golbey discute avec ses partenaires pour rechercher des solutions.

Quant à la partie qui n’est pas sécurisée, elle a un impact considérable sur notre rentabilité. Si bien que sans répercussion d’une partie de nos coûts de revient auprès de nos clients, nous serions contraints de nous arrêter.

Evolution du prix moyen de l’électricité en France (€/MWh) en 2021 et prévisions T1 2022 (prévisions au 05/01/2022 – peuvent être soumises à fluctuations dans les semaines à venir)

Les fluctuations du prix de l’électricité vont-elles se poursuivre ?

Le gouvernement a décidé de plafonner l’augmentation du prix de l’énergie à 4%, début 2022, pour les particuliers. Mais pour les entreprises, aucun dispositif d’aide n’est envisagé pour le moment.

En conséquence, certains sites de production ont d’ores et déjà annoncé qu’ils allaient temporairement s’arrêter et mettre leur personnel en chômage partiel.

A Norske Skog Golbey, nous avons pris la décision de continuer à produire et servir nos clients. Ces derniers ont en effet, besoin de papier quotidiennement pour fabriquer vos journaux préférés !

En parallèle, pour sensibiliser les pouvoirs publics, nous participons aux tables rondes organisées par le Ministère de la Transition Écologique, aux côtés de nos confrères Electro-intensifs.